Home Foreign Policy 50th Anniversary: Saharawi People’s Renewed Fight For Independence
Foreign Policy

50th Anniversary: Saharawi People’s Renewed Fight For Independence

The Saharawi Minister for Foreign Affairs, Mohamed Sidati, affirmed that the celebration, yesterday, of the 50th anniversary of the creation of the Polisario Front and the outbreak of the Saharawi armed struggle against the Spanish colonizer and then the Moroccan occupier, was an opportunity for the people Sahrawi to “renew his oath” to continue the fight until the final victory. “The celebration, on Saturday (yesterday, editor’s note), of the 50th anniversary of the outbreak of the armed struggle will be an opportunity for the Sahrawi people to renew their oath to bring the fight to an end.

That is to say, to maintain this determination and this will with endurance, but also to win and achieve the final victory”, indicated Mr. Sidati, Friday evening, during a press conference which he moderated in Aousserd, in the Sahrawi refugee camps. “The Sahrawi people are in a more than comfortable position and they are determined to prevail”, he added. He indicated, in this regard, that “the Sahrawi people, in addition to the military victories they won against the Spanish colonizer and then the Moroccan occupier, were able to snatch other diplomatic successes and knew how to develop in several areas” .

Pour le chef de la diplomatie sahraouie, la grande déception pour les Sahraouis durant ces 50 ans est «l’incapacité des Nations unies et de la communauté internationale à assumer leurs responsabilités et à permettre, par conséquent, au peuple sahraoui d’exercer son droit à l’autodétermination».

Selon M. Sidati, les Nations unies ont fait beaucoup en termes de résolutions, de textes et de plans de paix, qui ont suscité un consensus international quant au droit du peuple sahraoui à l’autodétermination et au fait que le Sahara occidental soit un territoire non autonome, mais «elles n’ont jamais dépassé ce stade». «Le peuple sahraoui a été dépité, a eu beaucoup de déceptions, beaucoup de frustrations pour la bonne raison que la communauté internationale n’a pas su assumer pleinement ses responsabilités et appliquer le droit international au Sahara occidental.

C’est une grande déception», a-t-il regretté.  M. Sidati a souligné, dans le même contexte, que «la Mission des Nations unies pour l’organisation d’un référendum d’autodétermination au Sahara occidental (Minurso) est certes présente sur le terrain, mais elle est pratiquement inactive et immobilisée». Le ministre a précisé, à ce sujet, que «les autorités sahraouies ont toujours été coopératives avec l’ONU et c’est le Maroc qui sape à chaque fois les efforts onusiens».

Interrogé, par ailleurs, au sujet de la position de l’Union européenne (UE) vis-à-vis de la question sahraouie, M. Sidati a indiqué que les agissements de certains Etats ainsi que du Conseil des Etats et la Commission européenne allant à l’encontre des décisions de la justice européenne, notamment celle en rapport avec les accords de pêche entre l’UE et le Maroc, «portent atteinte à la crédibilité de ces pays».

«Quand le Conseil des Etats et des gouvernements passent outre les décisions de leur justice et signent des accords en catimini avec le Maroc, en incluant le territoire sahraoui, on se pose la question : quelle crédibilité peut-on accorder à ces institutions lorsqu’elles participent aux violations et au pillage d’un territoire dont le statut international est bien connu et bien reconnu ?» s’est-il indigné.

Le ministre sahraoui des Affaires étrangères et membre du secrétariat national du Front Polisario a fait savoir, à ce sujet, que le Front Polisario a décidé de mener sa bataille juridique jusqu’au bout, afin de réclamer réparation à la fois auprès du Maroc et de l’UE pour le préjudice subi par le peuple sahraoui. «La bataille juridique que mène le peuple sahraoui ne fait que commencer.

Les Sahraouis vont passer à une vitesse supérieure, à une phase beaucoup plus importante, en demandant aux institutions européennes, qui ont violé le droit international et qui ont passé outre les décisions de la Cour européenne, réparation pour le préjudice subi par le peuple sahraoui», a affirmé M. Sidati.

This article is originally published on elwatan-dz.com

Related Articles

Foreign Policy

G20 foreign policy chiefs discuss global governance in Brazil

G20 foreign ministers meet in Rio de Janeiro on Wednesday to discuss...

Foreign Policy

NATO cannot be an “à la carte alliance”

NATO cannot be “an à la carte alliance”, said the head of...

Foreign Policy

US obtains Iranian heavy water through intermediary: Iranian MFA

The United States obtains heavy water from Iran’s nuclear reactors through an...

Foreign Policy

France’s policy in Africa criticized in Europe

In the Sahel, France faces mistrust from the populations. Until now discreet,...